Radicalisme religieux dans la Région de la Boucle du Mouhoun

Résumé

Le Burkina Faso, longtemps épargné par la menace terroriste est depuis quelques années dans l’œil du cyclone. La partie Nord du pays notamment la région du Sahel et la capitale, Ouagadougou sont les régions les plus touchées par le phénomène. Toutefois, une évaluation de la situation sécuritaire en 2018 révèle qu’en plus de ces zones, l’Est et le Nord-Ouest sont devenues des régions formellement déconseillées. Pire, aucune région du pays n’est plus en situation de vigilance normale. Cela montre à quel point le Burkina Faso est sous la menace et se trouve à un tournant inquiétant pour son développement socioéconomique intimement lié à sa sécurité intérieure.

La région du Nord-ouest où se situe la Boucle du Mouhoun, également frontalière du Mali, connait aujourd’hui quelques mutations qui font craindre une radicalisation religieuse au sein de la population. Une grande partie des habitants de cette région entretient des interactions religieuses via l’enseignement coranique notamment avec leurs voisins du Mali, alors que ce pays connait une crise multidimensionnelle et est le fief de plusieurs groupes terroristes qui agissent en Afrique de l’Ouest.

Les mouvements évangélistes et catholiques connaissent également de nouvelles formes de pratiques jugées rigoristes par plusieurs interlocuteurs de la région.

La présente étude est axée sur la problématique suivante : quel est le niveau du radicalisme religieux dans la Boucle du Mouhoun ? Elle a été réalisée au travers d’une revue documentaire approfondie et une recherche de terrain conduite via l’administration de questionnaires et des entretiens avec les acteurs clés de la région et/ou travaillant sur la région. Les informations recueillies ont permis d’analyser les facteurs qui conduisent à la radicalisation et ses manifestations dans la région.

Il ressort globalement que l’apologie de la violence, les pratiques religieuses très rigoureuses, le refus d’interaction avec d’autres communautés religieuses, l’influence, voire l’installation de membres et adeptes de groupes terroristes originaires du Mali voisin, sont autant d’éléments qui permettent de conclure à l’existence des facteurs imminents de radicalisation dans la région de la boucle du Mouhoun.

Nous avons par ailleurs répertorié quelques mécanismes de prévention mis en place et formulé des recommandations visant à contrer le phénomène dans la région. Ainsi, il est impératif pour l’Etat et les organisations de la société civile de prendre des mesures visant à amenuiser les facteurs structurels et non structurels qui mènent à la radicalisation. Les leaders religieux et coutumiers, ainsi que les populations de la région doivent également s’impliquer pour l’atteinte de cet objectif.

Cette étude est l’aboutissement d’une fructueuse collaboration entre le National Democratic Institute (NDI) et le Groupe de Recherche-Action sur la Sécurité Humaine (GRASH).

Elle a été réalisée par les consultants suivants : Mme Fatimata Ouédraogo et M. Enock KERE avec la fructueuse collaboration de Mme Pascaline Compaoré, M. Jacques Sampo et Me Ali TRAORE.

Nos remerciements vont à l’ensemble de l’équipe du National Democratic Institute pour leurs soutiens financier et technique appréciés dans la réalisation de la présente étude.

Nous remercions particulièrement Mme Kassé Faye Aminata, la Directrice résidente, M.

Koné Abdoulaye, Mme Ouédraogo Marietou, Mme Toé Elise Rolande, Mme Sombié Djamilat, et M. Azaël Ouédraogo.

Nous remercions également tous les acteurs religieux, coutumiers, politiques, les organisations de femmes et de jeunesse rencontrés dans la Boucle du Mouhoun et à Ouagadougou de nous avoir accordé du temps de leur agenda très chargé pour des entretiens.

Nous n’oublions pas tous les points focaux du Groupe de Recherche-Action sur la Sécurité Humaine, pour leur précieux apport dans la conduite de cette recherche.

sécurité, terrorisme, extrémisme violent, monitoring, radicalisation

 

RAPPORT D’ETUDE SUR RADICALISME RALIGIEUX DANS LA BOUCLE DU MOUHOUN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *