RAPPORT DE MONITORING DU MOIS DE SEPTEMBRE 2019 « AGIR EN URGENCE OU PERIR »

 

RAPPORT DE MONITORING DU MOIS DE SEPTEMBRE 2019

« AGIR EN URGENCE OU PERIR »

Introduction

Le présent rapport concerne les incidents sécuritaires du mois de septembre 2019  que le Grash a relevés au jour le jour tout le mois durant. La collecte des faits s’est faite essentiellement grâce aux points focaux du Grash et des informations traitées par les médias burkinabè.

Situation sécuritaire globale

Alors que le mois d’août a été sanglant, le mois de septembre 2019 ne fut pas moins. En effet, il a connu d’importantes pertes en vie humaine. En tout, 9 attaques meurtrières contre les FDS et civils. Ces attaques ont été menée quasiment dans les régions de la Boucle de Mouhoun et du Centre-Nord ont enlevé la vie de 16 éléments des Forces de défense et de sécurité et 58 civils dont 2 dozos. La plus lugubre attaque a été la double attaque contre le camion de transport le dimanche 8 septembre sur l’axe Barsalogho-Guendbila dans la province du Sanmatenga dans la région du Centre-Nord et contre le convoi de vivres sur l’axe Dablo-Kelbo, dans le Soum, région du Sahel, qui a fait 29 morts. Ensuite, au Sahel, Le 9 septembre, une patrouille de gendarmes tombe dans une embuscade non loin d’Inata (Sahel), à proximité de la frontière avec le Mali tuant 9 gendarmes.

Dans la Boucle de Mouhoun, on a enregistré l’attaque du poste forestier de Sono, province de la Kossi, le 06 septembre 2019 tuant un forestier ; l’assassinat d’un un chef dozo dans le village de Di le même jour ; l’attaque des dozos par une vingtaine d’assaillants le 8 septembre 2019, dans le département de Kaïn, à 15km de la frontière burkinabè avec le Mali tuant un dozo : enfin, l’attaque terroriste survenue le 19 septembre 2019 à Toéni, Sourou, tuant 5 soldats.

Dans le Centre-nord, on a pu enregistrer la double attaque à Pisselé et Boulkiba, province du Bam, la nuit du 21 au 22 septembre 2019, tuant 9 (neuf) civils et l’embuscade tendue à une patrouille du détachement militaire de Bahn tuant 4 soldats ;les attaques de deux villages de la province du Bam, le 28 septembre 2019 causant la mort de 18 personnes ; suite à ces attaques meurtrières, près de 20 000 se sont déplacés dans la ville de Kongoussi le lundi 30 septembre 2019.

Par ailleurs, 18 personnes sont décédées entre le 1er et le 10 septembre, victimes d’une probable intoxication d’aliments contaminés aux pesticides dans deux régions du Burkina Faso : Ce sont les régions du Centre-Est et le Centre-ouest

Enfin, la Délégation de l’Union européenne, dans une déclaration le mercredi 11 septembre 2019, a montré son engagement aux côtés du peuple burkinabè suite  aux récentes attaques terroristes contre des civils et forces de sécurité au Burkina Faso

Les attaques enregistrée ont éprouvé les fondamentaux de l’être humain : les droit à la vie, à la sureté de la personne, et le droit au libre exercice de ses fonctions.

 

Evolutions/enseignements

La situation sécuritaire demeure incertaine, périlleuse et tragique. En effet, en plus des attaques armées, un phénomène beaucoup plus inquiétant constitue l’intoxication alimentaire qui décime les populations de façon douce. La région de l’Est a connu une certaine accalmie, aucun incident sécuritaire majeur n’a pu être enregistré. Cependant le Centre-Nord a été la plus frappée avec des incidents singuliers comme l’attaque contre le convoi de vivres ; ce qui montre la difficulté à approvisionner les sites de déplacés. Enfin, les attaques se retournent de plus en plus vers les groupes d’autodéfense comme les Dozos.

Recommandations

L’analyse de ces faits permet de formuler les recommandations suivantes

A l’endroit des autorités:

  • Former des populations civiles à la collaboration
  • Multiplier les opérations de ratissage des extrémistes
  • Former les groupes d’autodéfense à la défense
  • Améliorer et renforcer le système de renseignement
  • Multiplier les efforts pour la prise en charge conséquente des déplacés notamment des enfants ou jeunes de moins 20 ans
  • Engager une action judiciaire contre les importateurs de produits intoxiqués
  • Accroitre l’analyse des produits comestibles

A l’endroit des populations civiles:

  • Intensifier la collaboration avec les forces de défense et de sécurité
  • Prendre les précautions nécessaires pour contrer les attaques
  • Dénoncer tous les individus et cas suspects aux forces de défense et de sécurité. Appeler les numéros verts en cas de besoin : 16 ; 17 ; et le 1010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *