RAPPORT DE MONITORING DU MOIS D’OCTOBRE 2019 « AGIR EN URGENCE OU PERIR »

Introduction

Le présent rapport concerne les incidents sécuritaires du mois d’octobre 2019 que le Grash a relevés au jour le jour tout le mois durant. La collecte des faits s’est faite essentiellement grâce aux points focaux du Grash et des informations traitées par les médias burkinabè.

 

Situation sécuritaire globale

Le mois d’octobre 2019, contrairement à celui de septembre, a été relativement pacifique. En effet, il a connu seulement  trois attaques armées et un assassinat d’individus qui se soldés par le décès de 6 éléments des Forces de Défense et de Sécurité dont un commissaire et de 3 civils. C’est au Nord et au Sahel qu’il y a eu la double des détachements militaires de Banh (Loroum) et de Yinsé (Yatenga) dans la nuit du 18 à 19 octobre 2019 tuant 4 militaires et 1 policier.  Toujours au Sahel, un 1 enseignant et deux autres personnes ont été tués le 25 octobre 2019 à Djibo. La région de la Boucle Mouhoun a été concernée par l’attaque du commissariat de police de Sanaba dans les Banwa tuant le commissaire de police le 31 octobre 2019

Eu égard à  la situation sécuritaire, le samedi 26 octobre 2019, des Organisations de la société civile (OSC) ont tenu un meeting pour apporter leur soutien aux Forces de défense et de sécurité (FDS) et aux victimes des attaques terroristes au Burkina Faso

 

Evolutions/enseignements

Le mois d’octobre 2019 a connu une trêve relative contraireent au mois précédent. Cela est sans doute dû aux opérations militaires multipliées dans les régions les plus touchées par le phénomène avec des couvre-feux à l’appui. C’est le deuxième mois consécutif que la région de l’Est n’a pas vécu d’incident sécuritaire grave. On peut supposer cette situation comme le résultat de l’opération Otanpuanu. Aussi, il ressort que la société a pris sa responsabilité en apportant sa contribution.

Recommandations

L’analyse de ces faits permet de formuler les recommandations suivantes

A l’endroit des autorités:

  • Former des populations civiles à la collaboration
  • Renforcer et continuer les opérations de ratissage des extrémistes
  • Redoubler de vigilance dans la région de l’Est en accalmie
  • Renforcer l’activité de la police de proximité
  • Améliorer et renforcer le système de renseignement

A l’endroit des populations civiles:

  • Intensifier la collaboration avec les forces de défense et de sécurité ;
  • Dénoncer tous les individus et cas suspects aux forces de défense et de sécurité. Appeler les numéros verts en cas de besoin : 16 ; 17 ; et le 1010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *